Les troubles de l’écriture

Le trouble graphique est le premier motif de consultation en ergothérapie libérale.

Les troubles de l’écriture sont fréquents chez l’enfant et l’adolescent. Ils peuvent être:

  • le symptôme de la « dysgraphie ». La dysgraphie est un trouble affectant l’aisance, la lisibilité ou la vitesse d’écriture de l’enfant en l’absence de déficit neurologique important ou de déficit intellectuel.
  • une conséquence de la « dyspraxie ». La dyspraxie est un trouble du mouvement qui affecte la capacité à planifier, à organiser et à automatiser les gestes moteurs pour réaliser une action ou une activité.

L’activité d’écriture représente environ 60% du temps scolaire,  c’est pourquoi les difficultés graphiques peuvent rapidement avoir un retentissement sur la scolarité des enfants.

Apprendre à écrire est loin d’être facile. L’écriture est une activité complexe, elle met en jeu de nombreuses fonctions qui peuvent chacune être à l’origine des difficultés de développement du geste graphique:

  • la motricité fine: la manipulation du crayon demande des gestes fin et coordonnés des doigts.
  • la posture
  • le repérage spatial et les capacités constructives 
  • les compétences du langage écrit: un enfant qui présente un trouble du langage écrit est mis en situation de « double tâche » lors de l’écriture. Il doit se concentrer sur l’orthographe ainsi que sur le tracé des lettres.
  • les capacités attentionnelles
  • les capacités organisationnelles

Si l’une de ces fonctions dysfonctionne cela peut engendrer un trouble graphique.

Les difficultés graphiques peuvent être, chez l’enfant,une source importante d’anxiété. Celle-ci s’aggrave lorsque l’on demande à l’enfant de s’appliquer, et pouvant aller jusqu’à provoquer le refus total des activités graphiques, ainsi qu’une diminution de l’estime de soi.

Le trouble graphique est souvent accompagné de fatigue et/ou de douleurs dans le bras, la main ou les doigts.

La réalisation d’un bilan en ergothérapie est utile afin de trouver l’origine du trouble graphique, et ainsi de proposer une rééducation adéquate. Une rééducation du problème de fond est indispensable pour permettre une amélioration du geste graphique.

Dans le cas où la rééducation ne serait pas suffisante, la mise en place de l’outil informatique comme moyen de compensation de l’écriture sera évoqué. Dans ce cas, l’ergothérapeute évaluera les besoins de l’enfant en matière de matériels/logiciels et pourra proposer une prise en charge ayant comme objectif la maîtrise de l’outil informatique.

 

Image associée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *